mercredi 18 mai 2011

Bienvenue chez les Rozes



Je venais d'avoir l'ADSL et internet allait me permettre d'aller voir le lendemain comment avait évolué le mouvement rosicrucien que j'avais quitté une vingtaine d'années auparavant. J'avait la curieuse sensation d'avoir quelque chose à transmettre, alors que je n'étais pas détenteur du moindre secret...


Je gérais alors un video-club. Imaginez quelques milliers de DVD. Les boîtiers sont généralement bien accrochés et ne tombent que très rarement de leur présentoirs et encore moins tous seuls...
Or ce matin là, un DVD était précisément tombé tout seul dans la nuit et m'attendait comme pour me narguer au milieu du passage... son titre: "Bienvenue chez les Rozes" me fit comme un choc...


Une explication rationnelle était possible: le boîtier était sans doute mal fermé, il s'était comporté comme un ressort et s'était trouvé propulsé un mètre plus loin. Mais cela restait très bizarre. Et puis ce titre si particulier me faisait comme un clin d'œil avec les roses, suggérant les rose+croix. Les "Rozes" étaient écrit avec un "z" comme ont le voyait encore dans la vieille tradition d'il y a quelques siècles. D’ailleurs Ronsard n'écrivait-il pas: "Mignone allon voir si la Roze"...


Et puis aucun autre titre de film ne pouvait davantage s'adapter au cheminement qui s'annonçait, comme si une longue "nuit obscure" prenait fin et le monde subtil suggérait l'arrivée de la fameuse "aube dorée" et la fraternité invisible souhaitait la bienvenue.


Un autre détail lié au film m'inspirait. Pour mémoire, deux petits malfrats, en fait condamnés par erreur, se retrouvent "par hasard" en cavale et se réfugient chez des bourgeois, les "Rozes" qui se révèlent être d'une moralité totalement corrompue au point de stimuler profondément la pureté intérieure de nos héros et du public. Ce scénario me semblait le produit d'une intéressante inspiration rosicrucienne.


Force était d'admettre avec confiance que ce boitier de DVD ce matin là était le signe qu'un guide puissant avant placé sur ma route...

Aucun commentaire:

Publier un commentaire